KIP
KIP au MEDEF
Lukas Huberty et Hugo Sallé à l'Université d'été

KIP à l’Université d’été du MEDEF 2018

France, we’re back in business! Ils étaient plus de 3 000 à revenir sur les bancs de l’école cette semaine. Mardi et mercredi, le MEDEF accueillait 3 000 chefs d’entreprise à Jouy-en-Josas, à l’occasion de la 20e Université d’été du mouvement. Nous étions des leurs.

Du président de PME au manager de FTN, c’est une marée d’entrepreneurs qui s’est pressée dans les locaux d’HEC pour cet événement annuel. Les raisons de leur présence étaient aussi diversifiées que leurs profils. Sur la route du campus, le Président de l’association Vendée Cœur expliquait que c’était pour lui l’occasion de rencontrer des sponsors pour la course qu’il organise en juin. Comme chaque année, les responsables des antennes du MEDEF de plusieurs régions étaient présents pour faire remonter des propositions au niveau national. Dans la grande tente déployée pour les plénières, un patron d’une PME confiait quant à lui sur un ton léger que c’était surtout une manière d’occuper ses congés payés et qu’il en profitait pour se détendre et rencontrer du beau monde.

Malgré les divergences d’intérêts apparentes, les participants venaient tous pour écouter les interventions de Geoffroy Roux de Bézieux (alias GRB), qui a succédé à Pierre Gattaz à la tête du mouvement en juillet dernier et qui était peu intervenu publiquement entre-temps. GRB n’était pas un inconnu pour les adhérents : le créateur de The Phone House et du fonds d’investissement des entrepreneurs de l’Internet ISAI s’était déjà présenté en 2013 à l’élection du MEDEF, avant de se rallier à Pierre Gattaz. L’homme a affirmé vouloir bâtir un MEDEF « de propositions ». Le chantier est vaste, mais le patron des patrons a visiblement gagné la confiance des entrepreneurs que nous avons interrogés.

GRB n’était pourtant pas la star de cette 20e édition. Beaucoup attendaient avec impatience la venue du Premier Ministre Édouard Philippe, annoncée quelques jours avant le lancement de l’Université. Plusieurs membres du gouvernement ont également fait le déplacement : le Ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer pour parler culture et éducation, la Ministre du Travail Muriel Pénicaud pour réaffirmer son engagement pour l’apprentissage, la Ministre des Armées Florence Parly pour insister sur la complémentarité entre l’armée et l’entreprise et le Ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, évoquant les enjeux de la collaboration franco-allemande avec son homologue germanique. Une proximité avec l’exécutif qui a nourri à nouveau les arguments des syndicats réunis le deuxième jour devant le campus pour « bloquer le MEDEF » et son lobbying. Interrogés par nos soins sur ce sujet, les chefs d’entreprise répondaient que faire valoir les intérêts du patronat auprès de l’exécutif restait une évidence et une nécessité. Néanmoins, on déplorera l’absence quasi-totale de syndicalistes dans les conférences, alors même que leur présence aurait contribué à débattre en toute intelligence sur des sujets qui fâchent entre les deux camps. Ici, chacun était dans sa zone de confort.

Sans surprise, cette Université d’été était surtout le moment pour les participants de parler business. Démarchage, partenariats, présentations… dans ce ballet de chefs d’entreprise, c’était aussi la valse des cartes de visite. Les déjeuners, dîners et cocktails préparés avec attention offraient l’occasion de discuter avec ses pairs des derniers LBO ou M&A qui font l’actualité, mais aussi de découvrir de nouvelles têtes. De nombreux PDG de grandes entreprises ont fait le déplacement pour échanger : Paul Polman (Unilever), Nicolas Sekkaki (IBM France), Frédéric Oudéa (Société Générale), Elisabeth Moreno (Lenovo France)… Même si les thèmes abordés étaient variés (de l’épuisement des ressources naturelles et la raison d’être de l’entreprise, en passant par les relations entre culture et éducation), des sujets revenaient immanquablement : l’Europe, la jeunesse et les femmes. A ceci près que les allusions ont parfois été malvenues, comme lorsqu’un journaliste du Figaro se fait huer et siffler après une proposition sexiste.

Les deux jours sont ponctués de moments qu’on ne s’attendait pas à vivre dans un événement comme celui-ci. Entre deux cocktails, le Variétés Club de France a partagé un match de football au profit d’une association. Plus insolite encore, une séance de yoga géante a clôturé l’un des débats. Une bonne résolution que des participants appliqueront peut-être à la rentrée au bureau, qui sait…

Nouvelle promotion d’étudiants, nouveaux projets… A nous désormais de faire notre rentrée !

Crédits photos

Hugo Sallé pour KIP

Hugo Sallé

Hugo Sallé

Étudiant français en Master in Management (H2021) à HEC Paris.
Fondateur de KIP et contributeur régulier.

French student in Master in Management (H2021) at HEC Paris.
Founder of KIP and regular contributor.

Commenter cet article